La valeur économique des produits et des services suisses est considérable. Ils sont appréciés, en Suisse comme à l’étranger, pour leur haute qualité et pour les valeurs positives qui leur sont associées telles que précision, fiabilité et innovation.

Cette réputation permet de positionner les produits et les services suisses dans un segment de prix plus élevé. Le succès du «Swiss made» a pour corollaire une multiplication des utilisations abusives qui nuisent à la crédibilité de la provenance suisse.

En adoptant la révision «Swissness» en juin 2013, le Parlement a décidé de renforcer la protection du «Swiss made» et de la croix suisse en vue de préserver durablement leur valeur et d’endiguer les abus.

Basée sur les attentes des consommateurs, la nouvelle réglementation définit précisément la proportion de provenance suisse qu’un produit ou un service doit contenir pour être labellisé «Suisse» ou «Swiss made».

En outre, les produits qui remplissent ces conditions pourront à l’avenir porter la croix suisse, ce qui est interdit selon le droit actuel. Les nouvelles règles entrent en vigueur le 1er janvier 2017.

Dans le contexte économique actuel du franc fort et du recul des exportations, la protection de l’indication de provenance suisse constitue un investissement stratégique. Pour les entreprises qui ont fait le choix de développer et fabriquer en Suisse ou de se fournir en matières premières suisses pour leur production, le nouveau cadre légal leur garantit un «Swiss made» fort et crédible.

La nouvelle réglementation permet de maintenir sur le long terme l’image positive et la plus-value attachées à la provenance suisse.