Des dizaines de milliers d’emplois créés depuis 2006, une croissance continue depuis 2010, l’horlogerie suisse est-elle en train de battre des records?
Nous avons effectivement fait une excellente année 2012. Concernant 2013, nous sommes fiers du résultat qui est positif en valeur, même si la croissance n’égale pas celle exceptionnelle de 2012. Depuis 2006, malgré des hauts et des bas, le nombre d’emplois a effectivement grandement augmenté et tout semble indiquer que cela sera encore le cas pour l’année à venir.

Quels sont les marchés qui permettent à la Suisse de faire ces résultats?
Cela est en grande partie dû à l’Asie qui est sans conteste le premier marché pour l’horlogerie suisse et qui sera d’ailleurs encore amené à se développer. L’Europe reste toutefois un marché absolument essentiel et cela a particulièrement été le cas en 2013. Quant à la Chine, souvent citée, elle connaît actuellement une baisse de la croissance qui se fait ressentir dans les achats de montres. D’ailleurs, dans cette région, nous avons constaté une perte de vitesse du haut de gamme et une augmentation des ventes d’entrée ou de moyenne gammes.

Le Swiss made représente-il un défi d’avenir pour votre secteur?
Oui, c’est très important. Nous nous engageons d’ailleurs dans ce sens dans le cadre de la révision de la loi sur les marques et de tout le dossier «Swissness». Lors de l’entrée en vigueur de cette loi, avant fin 2015, 60% de la valeur de tous les produits se revendiquant fabriqués en Suisse devra être réalisée dans le pays. Nous pensons même que ce taux devrait être monté à 80% pour les montres mécaniques.

Ces taux vont-ils obliger certaines marques «suisses» à changer leur pratique ou augmenter les prix?
Il est très clair que les entreprises suisses feront tout pour s’adapter à ces nouveaux taux. Nous verrons, par contre, si les entreprises établies à l’étranger désireuses de se revendiquer suisses seront prêtes à faire les efforts qui y seront liés. Concernant les prix, la concurrence ne devrait pas permettre de changements marquants.