C’est sans doute l’une des spécialités reconnues dans le monde entier. Le chocolat suisse représente une institution gastronomique. La Suisse a beau l’avoir découvert après l’Italie, le pays se place en leader européen depuis le XIXe siècle.

La fondue «moitié-moitié» est inscrite comme tradition auprès de l’Unesco par l’Office fédéral de la culture

Il doit son succès à quelques personnalités, comme Charles-Amédée Kohler qui mélangea le chocolat avec des noisettes ou Rodolphe Lindt qui développa un nouveau procédé d’affinage à base de pâte de chocolat et de beurre de cacao.

La traditionnelle fondue suisse, composée de Gruyère et de Vacherin, figure également parmi les traditions inscrites par l’Office fédéral de la culture auprès de l’Unesco. De son côté, le vin suisse, bien que savoureux, reste encore peu connu à l’étranger. Les vins du Valais comme la Petite Arvine ou l’Humage Blanc sont pourtant des merveilles pour la bouche!

Critère à respecter

Tous ces produits sont souvent protégés par des AOP et IGP. Un produit qui porte l’Appellation d’Origine Protégée est entièrement élaboré dans sa région d’origine, depuis la production de sa matière première jusqu’à sa réalisation finale.

De son côté, l’Indication Géographique Protégée, exige qu’au moins une étape de production se déroule dans sa région d’origine. Le registre de la Suisse comprend trente-quatre inscriptions.

Produits protégés

Parmi les AOP figurent par exemple le Gruyère, l’abricotine du Valais, ou le cardon épineux genevois. Les IGP comptent la longeole, la saucisse d’Ajoie ou encore les saucissons vaudois et neuchâtelois. Le jambon cru et le lard sec du Valais sont par exemple protégés pour lutter contre les contrefaçons.

Ils tirent leur arôme particulier de ses techniques de séchage dans un raccard ou un grenier. Ces produits sont fabriqués exclusivement avec des porcs provenant de Suisse.